Agroalimentaire : première balance commerciale négative pour la France depuis la guerre

balance

La France fait figure d’exemple en matière d’agroalimentaire en Europe depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Toutefois, c’est la première fois depuis cette période que l’hexagone dresse une balance commerciale négative dans ce secteur avec les pays européens. Les importations ont en effet augmenté de 24% depuis 2011, tandis que les exportations sont restées stables. La faute aux choix « hauts de gammes » en matière de production agricole en France d’après l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). 

Depuis la fin de la guerre, c’est la première fois que la France dresse un solde négatif sur ses échanges en matière d’agroalimentaire avec les pays d’Europe. L’hexagone a en effet exporté 38.1 milliards d’euros de produits du secteur en 2018. Un chiffre stable depuis 2011, en comparaison des importations provenant de ses pays voisins, à hauteur de 38.4 milliards d’euros, soit 24% de plus qu’en 2011.

Une balance commerciale négative qui suscite de l’inquiétude parmi les hommes politiques. La commission économique du Sénat s’est notamment intéressée au sujet. Michel Raison, élu LR de la Haute Saône a par exemple déploré qu’au « train où vont les choses, d’ici à cinq ans c’est la balance commerciale agroalimentaire avec le monde entier qui sera en négatif ».

Vincent Chatellier, économiste de l’INRA, a notamment déclaré au journal Les Echos, que la France « paie  le choix du localisme à tous les étages et de son positionnement haut de gamme« . Il déplore trois phénomènes responsables du déficit. D’une part, les pays clients en Europe ont augmenté leur production agricole, mais sans croissance démographique qui vienne pallier au surplus de production. D’autre part, ces pays ont trouvé des fournisseurs moins chers que la France, dont notamment la Pologne, qui « a pris beaucoup de parts de marché » selon l’économiste.

Enfin, l’hexagone a choisi un positionnement agroalimentaire qui s’appuie sur une production de qualité. « Nous avons une viande de grande qualité, issue de races à viande,mais nous avons du mal à la vendre parce qu’elle coûte plus cher que la viande des vaches laitières allemandes, néerlandaises ou polonaises« .

La majorité des industries du secteur de l’agroalimentaire ont vu leur solde baisser en 2018. Les céréales, produits laitiers, sucre et bovins vivants ont subis une baisse significative. Autre problème pour la France, elle réalise la moitié de ses exportations alimentaires avec seulement cinq pays : l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Unis, l’Espagne et l’Italie.

L’Allemagne par exemple, a baissé ses importations de lait et fromages à cause d’une augmentation de sa production dans ces industries. Le Brexit quant à lui, nuit aux importations du Royaume-Unis, à cause de l’augmentation des taxes qui en découle. Si on rajoute à cela la baisse du pouvoir d’achat italien et l’amélioration de la qualité de production du vin espagnol, la France risque en effet de perdre beaucoup dans le jeu des exportations européennes.

Agroalimentaire : première balance commerciale négative pour la France depuis la guerre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.