Alimentation bio : attention aux fausses promesses

bio

La consommation des aliments issus d’agriculture biologique en France est en nette augmentation. Face au rôle grandissant que joue la grande distribution dans cette consommation, le magazine 60 millions de consommateurs met en garde contre les « montagnes de promesses » d’un secteur qui n’est pas sans failles.

Mise en garde de la qualité des produits bio

Les Français consomment de plus en plus d’aliments issus de l’agriculture biologique. La tendance est à la hausse et les professionnels du secteur doivent répondre à une demande en forte augmentation. Le magazine 60 millions de consommateurs, face à cette tendance, met en garde les habitués et néophytes du bio contre certaines pratiques des producteurs dans son hors-série de l’été « Le meilleur du bio ». Pour Christelle Pangrazzi, rédactrice adjointe du magazine, «l’heure n’est plus aux montagnes de promesses, si bio soient-elles ».

Le magazine déplore un univers marketing biologique bien ficelé, qui pèse lourdement dans les choix du consommateur, travestissant parfois la réelle qualité du produit. Christelle Pangrazzi dénonce le fait qu’à l’heure où « les scandales alimentaires s’enchaînent, le logo fait figure de Graal. Pourtant il est loin d’être sans failles ». Elle rappelle ainsi les nombreuses dérives inhérentes à la production, telle l’exploitation de travailleurs immigrés dans les champs, ou encore l’utilisation d’huile de palme alors qu’elle participe pour majorité à la déforestation.

L’agriculture biologique en nette augmentation en France

De son côté, l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence Bio) se réjouit de l’augmentation de la part du bio en France. Elle a dévoilé, mardi 4 juin 2019, son rapport de l’année 2018 sur l’état de l’agriculture bio en France. l’Agence explique qu’il s’agit d’une « année record ». Selon elle, désormais, 10% des agriculteurs travaillent en bio.

Florent Guhl, son directeur, a précisé qu’en 2013, « seulement 1% des grandes cultures en France étaient bio, aujourd’hui nous sommes à 4,3% ». Une hausse qui s’explique par le développement d’infrastructures dédiées au niveau des capacités de traitement et du stockage, comme l’ouverture de silos et de moulins consacrés aux blés bio.

Alimentation bio : attention aux fausses promesses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.