Danone vise l’économie circulaire

Le géant de l’agroalimentaire, Danone, a signé un partenariat avec La Fondation Ellen MacArthur, pour s’engager à redéfinir son modèle économique, en intégrant au mieux les principes de l’économie circulaire.

Le groupe Danone est bien connu des professionnels, comme du grand public. Avec un chiffre d’affaires d’environ 22,4 milliards d’euros (2015), cette entreprise française est l’un des leaders mondiaux du secteur agroalimentaire. Le groupe aux nombreuses marques internationalement connues (Activia, Actimel, Danette, Danonino, Danio, Evian, Volvic, Nutrilon, Nutricia) est présent sur plus de 130 marchés et réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires dans les pays émergents.

La fondation Ellen MacArthur est une Organisation non gouvernementale (ONG) britannique, fondée en 2009. Son objectif est d’assurer la promotion, par différents moyens, de l’économie circulaire. Elle vise notamment à inspirer les jeunes générations pour créer de nouveaux modèles d’économie circulaire, à travers la communication et la pédagogie. Cette association a été lancée le 23 juin 2009, par la navigatrice Ellen MacArhur. Il a fallu attendre un an et le 2 septembre 2010, pour que la fondation Ellen MacArthur puisse voir officiellement le jour et être présentée au Musée national des sciences de Londres. Ce délais s’explique par les difficultés rencontrées pour convaincre les partenaires d’investir dans cette organisme.

Le concept de l’économie circulaire est inspiré de l’essai publié en 1976 par Walter Stahel et Geneviève Reday, The Potential for Substituting Manpower for Energy. Dans cet ouvrage, on apprend les principes de l’économie circulaire : conception régénérative, économie de la performance, craddle to craddle (C2C, Du berceau au berceau, en français), écologie industrielle, biomimétisme, économie bleue…). Pour simplifier, on peut dire que l’économie circulaire encourage les initiatives visant à transformer notre modèle économique en un modèle durable et responsable.

On le voit, les valeurs de l’économie circulaire correspondent bien aux nouvelles tendances de l’économie, plus tournées vers l’environnement et l’humain. Des tendances d’autant plus importantes dans le secteur agroalimentaire, où les préoccupations des consommateurs sont plus que jamais tournées vers des modèles raisonnés. Forcément, ces valeurs sont désormais essentielles pour l’image de marque d’un produit ou d’une société. Surtout pour un groupe comme Danone, qui vise les marchés émergements. On comprend mieux l’intérêt de Danone et des autres géants du secteur, de se tourner vers un tel modèle.

Ainsi, la semaine dernière, le groupe Danone et la Fondation Ellen MacArthur, ont annoncé avoir signé un accord de partenariat sur trois ans, dans le but d’effectuer une transition de Danone vers une économie circulaire. Danone, qui est devenu le neuvième partenaire mondial de la Fondation, considère donc qu’il lui faut se tourner davantage vers l’économie circulaire. « Avec une population mondiale qui devrait atteindre neuf milliards de personnes d’ici à 2050, nous sommes plus que jamais confrontés au défi de l’accès à une eau et une alimentation de qualité », a déclaré le groupe dans un communiqué.

Parallèlement, Danone devient partenaire du projet intersectoriel de la fondation, New Plastics Economy Initiative, qui vise à développer des outils de recyclage pour les emballages plastiques.

Pascal De Petrini, vice-président exécutif en charge des Cycles des Ressources Stratégiques de Danone, a expliqué ce choix : « Chez Danone, nous sommes convaincus qu’un changement systémique est indispensable pour garantir une croissance durable de notre activité ».

 

 

 

Danone vise l’économie circulaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.