Gaspillage alimentaire : un mal bien présent

Chaque année, la France gaspille près de 10 millions de tonnes de produits alimentaires, soit 317 kg par seconde… Sur ces 10 millions de tonnes, plus de 1,2 concerne de la nourriture encore consommable, soit près de 20 kg par Français et par an. Les restaurants sont responsables de 14 % du gaspillage alimentaire en France (2016). Aujourd’hui, il existe de nombreuses solutions pour le réduire. 

Des alternatives obligatoires

Il y a quelques mois, les députés ont longuement discuté de l’alternative du doggy bag. Simple, elle consiste à autoriser des clients à rapporter leur plat s’ils ne l’ont pas fini. En France, la pratique du doggy bag n’a jamais pris. Question de culture sans doute. Car, dans les pays anglo-saxons et asiatiques, les clients n’hésitent pas à demander qu’on leur emballe les restes de leur repas, au moment de partir, sans que cela ne soit perçu comme une forme de radinerie ou de grossièreté. Il arrive également que certains restaurateurs apportent directement les restes mis en boîte avec l’addition.

21 kilos par personne

A partir de 2021, les restaurateurs français vont devoir s’y mettre. Les députés ont voté un amendement au projet de loi Alimentation, obligeant les établissements à prévoir des boîtes, les fameux doggy bag. Une mesure votée au nom de la lutte contre le gaspillage alimentaire. En effet, chaque année, ce sont 21 kilos de nourriture (par personne) qui finissent dans les poubelles des restaurants.

Au sein de l’Hexagone, ce sont les Franciliens qui sont les plus grands gaspilleurs, avec 114,5 kg d’aliments jetés par an et par habitant. Les plus économes se trouvent en Auvergne, dans le Limousin, dans le Poitou-Charentes, dans le Centre et dans la région Rhône-Alpes avec 66,8 kg de gaspillage alimentaire par an et par habitant.

 

 

Gaspillage alimentaire : un mal bien présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.