Inauguration du « Technocampus » agroalimentaire de Nantes

Les responsables des collectivités territoriales de Nantes ont inauguré en grandes pompes, jeudi 1er février, le « Technocampus » de Nantes, dont l’objectif principal est de fédérer les acteurs du secteur Agroalimentaire, dans un immense pôle d’activité et de développement. Un projet ambitieux sur lequel la filière locale compte pouvoir s’appuyer. 

Situé sur le site de la Géraudière, à Nantes, le Technopole alimentation a donc été inauguré jeudi 1er février, par la présidente de la Région Bretagne, Christelle Morançais (Les Républicains), accompagnée de la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland (Parti Socialiste).

« Réunir dans un même lieu un ensemble de compétences, des équipements et des moyens pour innover et se développer », telle est la définition d’un technopole, selon les journalistes du quotidien local nantais, Presse Océan.

En effet, l’objectif de ces pôles d’activité de recherche et de développement est bien de permettre des synergies entre différents acteurs du même secteur, en les localisant sur des zones dédiées.

Ainsi, pour ce Technocampus situé tout près de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), de l’Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l’Alimentation Nantes-Atlantique (Oniris) et de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, c’est le secteur de l’agroalimentaire qui est concerné.

Au final, cet ambitieux projet, destiné à soutenir localement une filière qui joue un rôle essentiel dans l’économie bretonne, aura coûté près de 5 millions d’euros. Sur cette somme imposante, la Région Bretagne a financé à hauteur de 3 millions d’euros, l’Union européenne devrait participer avec 1,2 millions d’euros attendus via les fonds FEDER.

De son côté, Nantes Métropole à payé la somme de 950 000 euros.

L’imposant bâtiment qui constitue le QG de la technopole, accueille déjà 8 premières entreprises depuis le mois de décembre 2017. Ce bâtiment de  2 200 m2 a été développé et créé par l’agence nantaise Magnum architectes & urbanistes. Il devrait accueillir, petit à petit, jusqu’à 50 travailleurs.

L’association Cap Aliment a été choisie pour gérer cet espace et « fédérer les projets des composantes, les orienter vers un travail collectif ».

Le secteur agroalimentaire, comme de nombreuses autres branches de l’économie, est emmené à se tourner de plus en plus vers ce genre de solutions, qui permettent les synergies.

 

 

Inauguration du « Technocampus » agroalimentaire de Nantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *