L’ANIA à la conquête du marché Chinois

Afin de faire face à une balance commerciale française en déclin, l’Association nationale de l’industrie alimentaire (Ania) souhaite doper les exportations de l’industrie alimentaire. Pour cela, elle propose notamment d’aider les entreprises dans leurs démarches vers le marché Chinois.

Dans un communiqué datant du 21 avril 2017, l’Ania rappelle que la France perd des parts de marché à l’international. Pour endiguer ce fléau qui a atteint son plus bas niveau depuis 1994 en se positionnent à 321 millions d’euros, soit un recul de moitié par rapport à février 2016[1], l’Association nationale de l’industrie alimentaire martèle son engagement de soutenir l’expansion des exportations de la production des entreprises agroalimentaires.

Booster la balance commerciale

Comme le cite le président de l’Ania, Jean-Philippe Girard :

« Il est impératif que la France regagne des parts de marché à l’international et améliore sa balance commerciale. Nous devons augmenter le nombre d’industries alimentaires positionnées à l’exportation, favoriser leur investissement sur les marchés étrangers et accompagner nos entreprises dans leurs démarches. »

En effet, l’Ania estime que les perspectives de croissance à l’exportation sont nombreuses. « Sur les deux premiers mois de l’année 2017, par rapport à la période équivalente de 2016, les exportations de produits agroalimentaires ont progressé de 5%, assure-t-elle. Les contributions les plus significatives concernent notamment les boissons, le café, le thé, les biscuits mais aussi les jus de fruits. La France reste le quatrième exportateur de biens alimentaires transformés, derrière les Etats-Unis, l’Allemagne et les Pays-Bas et ses produits sont largement appréciés et reconnus pour leur excellence par les consommateurs étrangers », précise le rapport.

Nouvelles opportunités pour les entreprises agroalimentaire sur la Chine

La Chine est un marché sur lequel la France est présente chaque année depuis 18 ans notamment via un pavillon France sur le SIAL Shanghai. Pour l’édition 2017 qui se tiendra du 17 au 19 mai, ce seront 374m2 dédiés à la France où 44 entreprises françaises de secteurs variés exposeront.

« La Chine représente un vrai potentiel pour les industries alimentaires françaises, les opportunités à l’export pour nos produits sont réelles sur ce marché et nous incitions nos entreprises à s’engager dans cette voie », souligne Michel Nalet, porte-parole de Lactalis.

Deux propositions pour aider les entreprises

Dans l’optique de pousser les entreprises à « oser l’aventure internationale », l’Ania lance deux nouveaux projets. Le premier, un programme inédit d’actions sur deux ans pour renforcer la présence des entreprises agroalimentaires en Chine. Ce projet a pour ambitions d’augmenter la part de marché des produits agroalimentaires européens et français en Chine, ainsi que de renforcer la notoriété de cette offre auprès des acheteurs et consommateurs. La seconde mesure consiste quant à elle au lancement de ce que l’Ania appelle le « Club export agroalimentaire » en partenariat avec Business France. Ce dispositif servira à mutualiser les informations, prospecter et défricher de nouveaux marchés en alternant réunions physiques et échanges online via une plateforme d’échanges.

 

[1] Source : Ministère de l’Agriculture – Agreste

L’ANIA à la conquête du marché Chinois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.