L’Open Agrifood et le festival d’Alternatives Alimentaires

Les 16 et 17 novembre, la ville d’Orléans a accueilli l’Open Agrifood, pour sa troisième édition. Ce think tank dédié aux échanges entres les acteurs de la filière agroalimentaire, autour des enjeux de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), avait choisi comme thème, cette année, « l’alimentation et l’innovation responsables ». Parallèlement, des producteurs alternatifs ont organisé, dans la même ville, le troisième festival d’Alternatives Alimentaires, les 16, 19 et 20 novembre.

L’Open Agrifood est un Forum lancé par Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), le principal syndicat agricole français. Son objectif est de mettre en contact l’ensemble des acteurs de la filière agroalimentaire, « du champ à l’assiette », pour débattre et échanger, mais également promouvoir la RSE, dans une activité souvent montrée du doigt. Cet événement a proposé diverses animations interactives, destinées à faire avancer la filière vers un meilleur respect de l’Homme et de la nature.

L’Open Agrifood s’est fixé une mission d’exemplarité et d’innovation, en faveur d’une agriculture, d’une industrie alimentaire et d’une distribution responsables. Cette année, l’innovation était au centre des débats, avec comme leitmotiv, « l’humain au cœur de l’innovation », selon le thème du débat animé par Sandrine Raffin.

Lors de la cérémonie de clôture, qui avait lieu au théâtre d’Orléans, le rapporteur de la conférence citoyenne, Frédéric Gilli, a prononcé un discours fort, s’adressant aux acteurs du secteur, afin de les convaincre qu’ils ont tout à gagner en produisant de manière plus responsable. « L’innovation comprend un changement de posture. Les consommateurs sont disponibles, ils vous tendent la main pour amorcer ce travail avec eux », a-t-il expliqué.

Une position partagée par Emmanuel Vasseneix, le coprésident de cet Open Agrifood, qui a déclaré : « Ce qui compte c’est l’envie et la volonté des hommes d’avancer. Il faut capter le savoir des gens et c’est à nous de rendre les choses possibles. […] En se posant les questions sur ce qui est bon pour nos salariés, pour notre pays et nos enfants, on ne voit plus les choses de la même façon ».

Dans un contexte où ces secteurs se retrouvent au cœur de nombreuses polémiques et suscitent de plus en plus la défiance de l’opinion publique et la méfiance des consommateurs, cet événement ne fait pourtant pas l’unanimité. Ainsi, parallèlement, l’association Festival d’Alternatives Alimentaires, qui dénonce « l’agro business » des organisateurs de l’Open Agrifood, a organisé son festival d’Alternatives Alimentaires, les 16, 19 et 20 novembre à Orléans et Ingré, dans le Loiret.

Cet organisme est un collectif qui regroupe les associations et organisations Accueil paysan, Amis du monde diplomatique Gâtinais, Artisans du monde, Association pour la décroissance conviviale, Amap du Gâtinais, Amis de la Confédération paysanne, Attac 45, Confédération paysanne 45, Le Coquelicot, Eau Secours 45, Groupement des agricultures biologiques et biodynamistes du Loiret, Info Vegane, Loiret sans OGM, MRJC Centre, SPLF 45, ainsi que Terre de Lien Centre Val de Loire.

L’objectif de ce festival est de « promouvoir une alimentation saine et savoureuse accessible à tous, des modes de production qui préservent la santé et l’environnement, une agriculture de proximité investie dans son environnement économique et social, des modes de distribution et de consommation responsables et équitables et la solidarité internationale pour le maintien de l’autonomie alimentaire des paysans et des populations. »

Des motivations qui peuvent sembler similaires à celle de l’Open Agrifood, mais qui s’y opposent diamétralement sur les méthodes à mettre en place. Quand Agrifood mise sur une prise de conscience du secteur industriel agroalimentaire, le Festival d’Alternatives Alimentaires souhaite contourner ce secteur. Pour les organisateurs, l’accès à la souveraineté alimentaire est primordial et passe par un lien direct entre les producteurs et les consommateurs. Les marchés paysans, les AMAP, les coopératives d’achat, l’agriculture bio et de proximité, sont autant d’initiatives défendues lors de cet événement. L’avenir idéal de l’agroalimentaire, selon ce festival, est ainsi résumé en plusieurs objectifs :

- généraliser des pratiques agronomiques qui existent déjà ;
- s’inspirer du savoir-faire des paysans ;
- remettre des hommes et des femmes sur le territoire ;
- accompagner la gestion de ce modèle de production innovant, diversifié en rassemblant tous les acteurs : consommateurs, filières, agriculteurs et politiques.

Les participants au festival ont pu assister à la projection du documentaire « Scénario Afterres 2050 », crée par l’association Solagro. De nombreuses tables rondes et autres débats avec des acteurs locaux du secteur et des chercheurs ont été organisés et ont contribué au succès de cet événement.

 

 

 

 

 

 

L’Open Agrifood et le festival d’Alternatives Alimentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.