Saint-Valentin et gastronomie

La Saint-Valentin, fêtée le 14 février, est bien connue pour être la fête des amoureux. De plus en plus populaire, elle est devenue un rendez-vous privilégié de la gastronomie. Qu’ils passent aux fourneaux, ou qu’ils se déplacent au restaurant, les amoureux ne conçoivent plus la Saint-Valentin sans un bon repas. Retour sur quelques tendances de l’année.

Du côté de la grande cuisine, les chefs français ont redoublé de créativité pour cette Saint-Valentin 2017. Ainsi, le célèbre Alain Ducasse propose ses dîners « Ducasse au château de Versailles », dans son établissement l’Ore-Ducasse, situé au premier étage du Pavillon Dufour au Château de Versailles. Le restaurant sera ouvert, de manière exceptionnelle, à la clientèle individuelle, le soir du 14 février. Pour ce repas de gala, servi dans un cadre mythique, le menu est à la hauteur : « Royal d’oursin et tourteau », « volaille jaune des Landes en demi-deuil avec ses beaux légumes d’hiver et sa sauce Albuféra » et le fameux « Louis XIV », le croustillant pralin et fruit de la passion, spécialité de la maison.

Même volonté d’impressionner du côté de L’Hôtel de Vendôme, dont le nouveau chef, Jean-Luc Rocha, promet un diner majestueux. Parce que la gastronomie va au delà du goût et concerne tous les sens, ce repas sera agrémenté d’un récital de grands classiques de l’opéra, les romantiques Verdi, Puccini, Mozart et Gounod. Il sera interprété par une soprano et un ténor, accompagnés d’un pianiste. Le menu se veut aussi raffiné, avec la « brouillade d’œufs à la truffe noire », le « filet de turbot cuit lentement avec son millefeuille de pommes de terre safranés et son émulsion coquillages », ou « l’ananas poché avec sa mousse légère coco et son sorbet ananas tagète ». Pour ceux qui voudront prolonger le plaisir et passer la nuit sur place, l’hôtel compte parer les chambres de pétales de roses, ce soir là…

Le Royal Monceau veut aussi célébrer l’évènement. Il se démarquera par la projection privée, en avant première, du film, Jackie, qui retrace la vie de Jacky Kennedy. Le film sera suivi d’un cocktail inédit au Bar Long et un d’un menu dégustation Omakase, réalisé par le restaurant Matsuhisa Paris.

Enfin, la chef pâtissière de Joana Thöny Montbabut, fera déguster ses création à l’occasion de « L’Heure du thé » dans le salon restaurant de L’Hôtel, dont la gourmande « Pomme d’amour », une compote de pommes à la vanille enfermée dans une coque de chocolat rouge, ou le « Cœur », de spéculoos garni au gianduja. Le tout arrosé de champagne, bien entendu.

On le voit bien, la Saint-Valentin est devenue une véritable vitrine pour les établissements de luxe, dont l’enjeu dépasse les simples réservations du jour J. C’est toute l’image d’un établissement qui est marquée par la manière dont y a été fêtée la Saint-Valentin.

Si la plupart des couples n’ont pas les moyens de s’offrir ce genre de diners de luxe, tous tiennent désormais à déguster un repas de qualité. La plupart des restaurants seront donc pleins, ce soir là, mais, tendance du « home made » oblige, de nombreux amoureux ont décidé de concocter eux-mêmes un repas de chef aux élus de leurs cœurs. Ainsi, le magazine Public propose un numéro spécial, qui contient un « menu 100% aphrodisiaque », pour la Saint-Valentin : champagne aux morceaux de fraises, crevettes au coriandre, poulet au miel et au gingembre, ainsi qu’une tarte au chocolat pour finir.

Pour terminer, citons une initiative originale qui reprend les codes classiques de la Saint-Valentin, tout en y intégrant cette nouvelle tendance gourmande : des bouquets de fleurs comestibles.

 

Saint-Valentin et gastronomie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.