Vers une maison de la pomme ?

Des professionnels, chercheurs et universitaires du Tarn-et-Garonne voudraient développer une « maison de la pomme », afin de soutenir une importante filière locale.

En France, aucun département ne produit plus de pommes que celui du Tarn-et-Garonne. C’est pour cette raison que plusieurs personnalités locales, qui travaillent autour de la pomme, ont eu l’idée d’une maison de la pomme dédiée à la valorisation du secteur.

Dans un premier temps, le projet a été initié par la responsable du Centre d’Innovation sur l’Alimentation (CISALI), Murielle Gineste, et par le coprésident d’Arboritech, le centre d’innovation et de formation arboricole, Patrick Bezard Falgas. Le Centre d’Innovation sur l’Alimentation (CISALI), s’est donné pour mission, comme précisé sur son site web, d' »Observer, comprendre, impliquer le consommateur pour mieux anticiper ses besoins et aider les acteurs des filières agricoles et agroalimentaires à innover juste ».

De la volonté commune de ces deux personnes de mettre en valeur la filière pomme, est née l’idée de s’appuyer sur la jeunesse pour lancer le projet. Ils ont donc demandé aux étudiantes intéressées de l’Institut Supérieur Couleur Image Design, à Montauban, de plancher sur le concept d’une « Maison de la Pomme », dont l’objectif serait de représenter « l’histoire et l’avenir de la filière ».

Ces jeunes femmes ont été très motivées par cette idée qu’elles ont creusée et peaufinée, en suivant les directives imposées par les professionnels.

Voici la description par ses créatrices, de ce projet, proche d’un écomusée spécialisé :

«Nous avons imaginé un lieu de rencontres et d’échanges, dans un cadre modulable et évolutif au fil des saisons, familial, professionnel et axé sur l’innovation. Ce lieu se situe en bordure de ville. L’architecture centralisée et carrée facilite la déambulation entre les différents pôles, des verrières et des puits de lumière permettent l’ouverture vers l’extérieur et la transparence. Des vergers pour les professionnels et pour les visiteurs entourent la Maison de la Pomme avec un hangar pour le matériel et la vente directe. Un espace exposition est aménagé. Une boutique, un atelier cuisine et un salon de thé commercialisent des produits variés autour de la pomme : goûter à la ferme, confitures, sorbets, jus, biscuits… Les adultes et les enfants ont aussi l’occasion de (re)découvrir les variétés de pommes du XVIIe siècle… Un atelier “Greffe” de variétés anciennes, mis à l’expérimentation dans un verger accessible au public, permettrait aux enfants de suivre la pousse de leur arbre».

Les étudiantes ont surtout prévu que cette maison de la pomme soit un espace évolutif, non figé. Des idées d’espaces supplémentaires, comme des cabanes d’hôtes en bois, une salle de conférence, ou un SPA, sont également envisagées.

Bien sûr, ce projet est encore loin de voir le jour, mais les différents acteurs semblent convaincus et motivés. Cette initiative illustre surtout le besoin de mettre en avant le patrimoine culturel et gastronomique local, ainsi que la mise en avant croissante des produits de qualité. Une bonne nouvelle pour tous les acteurs du secteur. D’ailleurs, cette idée pourrait inspirer de nombreuses autres branches de l’économie agroalimentaire, dans toutes les régions de France.

 

 

 

 

Vers une maison de la pomme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.