La micro-exécution au service de la distribution de nourriture

Centre Micro-Transaction

Pour de nombreux commerces, les centres de micro-exécution représentent l’avenir de la relation avec leur clientèle. Ces centres ne sont pourtant que de simples entrepôts, fortement automatisés. Ils s’installent généralement à l’arrière d’un commerce et réalisent le processus de préparation d’une commande. Les États-Unis vont rapidement recevoir les premiers prototypes, qui devraient leur permettre de tester en condition réelles ces nouveaux entrepôts.

Améliorer l’expérience client lors d’une commande avec la micro-exécution

Le déploiement de cette technologie aux États-unis fait suite à la volonté de plusieurs enseignes qui souhaitent améliorer l’expérience du client au moment de l’achat d’une commande de nourriture sur un site. En effet, les commandes de nourriture et de boisson en ligne constituent 3,5% des ventes globales sur Internet aux États-Unis selon Forrester, une entreprise indépendante d’études statistique de marché. L’entreprise annonce également que ces ventes augmentent de manière exponentielle.

Le développement de ce nouveau style de préparation de commande suit ce processus d’automation initié par de nombreux groupes de grande distribution. Par exemple, Walmart, une firme transnationale américaine spécialisée dans la grande distribution proposait déjà un système de livraison à domicile, directement dans le frigidaire du client. Une démarche qui a fait naître quelques scepticismes chez les consommateurs, mais qui, aujourd’hui connaît une forte progression chez les ménages américains.

Une start-up américano-israélienne en charge du premier entrepôt automatisé

Afin de mener à bien l’installation du premier site d’épicerie automatisé sur le sol américain, les enseignes ont fait appel à Fabric, une start-up américano-israélienne spécialisée dans la robotique, qui s’est faite connaître notamment à travers ses centres de micro-exécution automatisés.

Le premier centre de micro-exécution devrait constituer une structure s’étalant sur près de 930 mètres carrés. Au total, Fabric pourrait être amené à construire six centres de ce type à travers l’ensemble des États-Unis.

Ces nouvelles infrastructures pourraient représenter l’avenir de nos modes de consommation. Les modes de consommation évoluent et de nombreux clients n’hésitent pas à se faire livrer leur commande directement chez eux. Afin d’améliorer l’expérience de la commande, les groupes de grande distribution cherchent à accélérer le processus de préparation de commande. Si ces entrepôts automatisés s’avèrent fiables et efficaces, ils pourraient bien envahir les grandes surfaces américaines et mondiales. Enfin, pour les magasins, ces solutions de centres de micro-exécutions automatisés leur permettent d’optimiser leurs solutions de stockage. Tout étant automatisé, la machine gère le stockage et la préparation de la commande, le tout dans un espace réduit.

 

 

 

 

La micro-exécution au service de la distribution de nourriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.