L’Intelligence Artificielle au secours des agriculteurs en Afrique

Agriculture

Les innovations technologiques ont toujours été moteur de la croissance du secteur de l’agro-alimentaire. En Afrique, l’intelligence artificielle et le Big Data accompagnent désormais les agriculteurs dans leurs tâches agricoles. C’est ce qu’a révélé l’AgriNumA, un événement qui regroupe les projets les plus prometteurs en matière de numérique et d’agriculture et qui s’est déroulé du 29 au 30 avril 2019 à Dakar.

Le numérique aide au développement de l’agriculture africaine

L’AgriNumA a été l’occasion pour les acteurs du numériques en Afrique de promouvoir les différentes innovations technologiques du moment. Ces dernières ont pour objectif notamment d’accompagner la croissance des métiers agricoles, en offrant des solutions nouvelles aux agriculteurs africains. L’événement a été organisé par le Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Son directeur adjoint, Pascal Bonnet, a d’ailleurs déclaré : “Il y a une révolution numérique en Afrique“. Avant d’expliqué que l’AgriNumA est “le premier rendez-vous de l’agriculture numérique en Afrique de l’Ouest“. Plusieurs projets ont été mis en avant.

“Pix Fruit” par exemple, développé par le Cirad et l’Institut Sénégalais de recherches agricoles, a pour objectif d’aider les producteurs de mangues à compter leurs fruits. Grâce à l’intelligence artificielle, les producteurs peuvent compter leur production avec plus de précision. Pour ce faire, rien de plus simple, il suffit juste d’une photographie de l’exploitation prise avec un smartphone. L’I.A s’occupe du reste, en s’appuyant sur des modélisations complexes.

Réaliser des économies de moyens

Autre projet qui compte aider les agriculteurs dans leur quotidien : la “Widim Pompe”, de la société Nanoair. Il s’agit d’un boîtier connecté, que les agriculteurs peuvent contrôler à distance par SMS, et qui permet de commander un système d’irrigation. Un moyen efficace de réaliser des économies d’eau, même pour les paysans qui disposent de petites exploitations.

Le co-fondateur et directeur de Nanoair, Oumar Basse, ingénieur informatique sénégalais de 27 ans explique : “Plus besoin pour l’agriculteur de marcher plusieurs kilomètres ou de dépenser de l’essence chaque jour pour rejoindre ses champs, ou bien d’embaucher un “gardien-pompiste“.

L’entreprise croît chaque jour et connait un certain succès. Elle a déjà vendu plus de 250 boîtiers, et exporte à l’international. Des agriculteurs du Maroc et de la Zambie utilisent déjà ce produit révolutionnaire, permettant à l’entreprise de 12 salariés de prospérer après deux ans d’existence.

L’Intelligence Artificielle au secours des agriculteurs en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.