Face au gaspillage : le développement du vrac

vrac

Les façons de consommer sont en constante évolution. Si la tendance était à la surconsommation ces dernières années, aujourd’hui, elle se voit freiner par le développement du vrac. L’objectif : supprimer les emballages plastiques et réduire la production de déchets. En France, cette pratique explose. Dans le reste du monde, les enseignes elles aussi remodèlent complètement leurs rayons. Une évolution qui ravit de nombreux consommateurs, toujours plus investis dans la protection de l’environnement.

Le vrac en France explose

Les ménages français se sentent de plus en plus concernés par l’environnement. Abandon des moyens de transport polluants au profit des transports collectifs ou neutres en carbone comme le vélo, recyclage des déchets, ou encore une orientation politique plus écologique au regard des dernières élections européennes, tous les moyens sont bons pour promouvoir leur engagement en matière de responsabilité environnementale.

Aujourd’hui, cette tendance évolue, on la retrouve dans les habitudes alimentaires. Place au vrac : une pratique qui consiste à vendre des produits sans emballages. C’est aux consommateurs d’apporter leur propre contenant. La vente se fait au poids, et son succès est grandissant. En France, en seulement quelques années, le nombre d’épiceries spécialisées a explosé. On est passé de seulement 15 épiceries à 200.

Suite à cette nouvelle tendance, l’AFP est intervenue, et a interrogé les consommateurs férus de cette tendance. Parmi eux, Nolween Delage, qui confie “je suis devenue végétalienne l’année dernière et je me suis rendue compte que c’était dans la logique des choses de faire du zéro déchet”. Une évolution donc, qui va de plus en plus dans le sens du respect de l’environnement.

Pour la directrice générale de Réseau Vrac, une organisation qui fédère 600 acteurs de la filière vrac, le succès du vrac est propre au Français. “Le commerce de bouche, de proximité, est clairement inscrit dans l’ADN français ; on a pris depuis très longtemps des habitudes de vrac dans les magasins bio comme Biocoop ; et enfin le mouvement ‘zéro déchet’ est très ancré en France” déclare-t-elle.

Les magasins s’adaptent

Face à l’engouement des consommateurs, les chaînes de distribution n’ont d’autres choix que de s’adapter. Les épiceries spécialisées ne sont plus les seules à proposer de nombreux produits sans emballage. L’enseigne Waitrose en Angleterre par exemple, modifie l’ensemble de ses magasins. Elle a récemment ouvert un magasin expérimental entièrement dédié au vrac. On y retrouve plus de 160 fruits et légumes sans aucun emballages.

Le responsable RSE du groupe Waitrose & Partners explique que “ce test a un énorme potentiel pour déterminer la manière dont les clients achèteront avec nous à l’avenir, il sera donc fascinant de voir quels concepts nos clients ont envie d’utiliser”.

Face au gaspillage : le développement du vrac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.